Le Réseau de télévision des peuples autochtones (APTN) est le premier réseau national de télévision autochtone au monde. Conçues par les Autochtones, pour les Autochtones et au sujet de ces derniers, ses émissions sont destinées à tous les Canadiens et aux téléspectateurs du monde entier.

L’entrée en ondes d'APTN, le 1er septembre 1999, constitue une étape importante pour le Canada autochtone. En effet, pour la première fois de l’histoire de la télédiffusion, les Premières Nations, les Inuits et les Métis peuvent faire connaître leurs histoires à tout le Canada grâce à un réseau national de télévision à contenu autochtone. À l’aide de documentaires, de revues d’actualité, d’émissions dramatiques, éducatives et de cuisine, d’émissions spéciales de variétés et de séries pour enfants, APTN donne à tous les Canadiens l’occasion de découvrir le monde remarquablement diversifié des peuples autochtones du Canada et du monde entier.

Établi à Winnipeg, au Manitoba, APTN donne aux producteurs, réalisateurs, acteurs, scénaristes et professionnels des médias autochtones une occasion sans pareille de créer des émissions innovatrices, réfléchies et pertinentes pour les téléspectateurs canadiens. Les émissions d'APTN, dont 84 % du contenu est canadien, sont diffusées à 56 % en anglais, 16 % en français et 28 % dans diverses langues autochtones.

En 1998, un sondage Angus Reid révèle que deux Canadiens sur trois appuient l'idée d’un réseau national de télévision autochtone, même s'il faut déplacer un service déjà établi. Un sondage réalisé plus tard par Pollara Research indique que 68 % des Canadiens accepteraient de payer 15 ¢ de plus sur leur facture de câble pour capter un réseau autochtone.

En février 1999, compte tenu de l'appui solide manifesté par les collectivités, réalisateurs et organisations autochtones, ainsi que par le public canadien à l’égard d’un réseau national, le CRTC annonce l'octroi d’une licence de radiodiffusion nationale à APTN. Grâce aux efforts d'un nombre incalculable de professionnels de la télévision et de partisans autochtones de tout le pays, APTN voit le jour le 1er septembre 1999. Auprès de plus de 10 millions de foyers canadiens, il devient un important diffuseur d'émissions visant à divertir, à informer et à instruire.

Les racines d'APTN

APTN a pris racine dans le Nord canadien il y a plus de 20 ans. En 1978, le gouvernement fédéral commence à faire des expériences avec le satellite Anik B afin de tester les satellites de communication, par exemple, pour la télédiffusion, les communications communautaires, la formation à distance et la télésanté. Des organisations inuites du Nunavut et du Nord du Québec participent à ces projets pilotes pendant de nombreuses années.

Le satellite Anik B

En 1980, le CRTC crée le Comité sur l'extension du service aux petites localités nordiques et éloignées (le Comité Therrien). Celui-ci produit un rapport appuyant l'élaboration d’initiatives de diffusion afin d'aider les Autochtones à préserver leurs langues et à soutenir leur culture. Peu après le dépôt du rapport, le CRTC octroie une licence à CANCOM afin qu’elle diffuse une variété d’émissions produites dans le Sud auprès des collectivités nordiques et éloignées, et qu'elle aide les radiodiffuseurs autochtones du Nord à s’établir.

La radiodiffusion autochtone connaît une percée importante en 1983, lorsque le gouvernement du Canada annonce la Politique sur la radiotélédiffusion dans le Nord et le Programme d'accès des Autochtones du Nord à la radiodiffusion. Des fonds publics sont alloués à 13 sociétés de communication autochtones du Nord pour la production d’émissions de radio et de télévision.

De toute évidence, les collectivités du Nord devaient bénéficier grandement d’un système de radiodiffusion coopératif, mais cet objectif ne pouvait se réaliser pleinement sans l'infrastructure technique nécessaire. En 1985, l'énoncé de la Politique sur la radiotélédiffusion dans le Nord du CRTC reconnaît le besoin de doter le Nord d'un transpondeur exclusif pour la diffusion d'émissions de télévision. Au cours des prochaines années, le gouvernement fédéral et les radiodiffuseurs du Nord s'acquittent du travail préparatoire en vue de créer un réseau de distribution par satellite dans le Nord.

En 1991, le CRTC accorde une licence à Television Northern Canada (TVNC) et, en moins d'un an, le réseau amorce officiellement ses activités dans le Nord. Le succès et la croissance de TVNC au cours des années 1990 convainquent son conseil d'administration qu'un réseau national de télévision autochtone constituerait un ajout positif et important au monde canadien de la radiodiffusion. En 1997, le mouvement en vue de créer un réseau national de télévision autochtone se met en branle.

LE RÊVE DE CRÉER UN RÉSEAU NATIONAL AUTOCHTONE

Au cours des deux années qui suivent, le conseil d'administration et le personnel de TVNC mettent beaucoup d'énergie et d'enthousiasme à la réalisation de leur rêve, qui est de créer un réseau national. Sur une base dorénavant régulière, ils font des présentations auprès d'organisations nationales autochtones et soumettent des propositions au CRTC.

En février 1998, le CRTC affirme, en vertu de l'Avis public 1998-8, que TVNC est « une entreprise unique et importante » et qu'une chaîne nationale autochtone devrait être « offerte partout au Canada afin de répondre aux nombreux besoins des diverses collectivités autochtones ainsi qu'à ceux des autres Canadiens ».

Fort de l'appui du Canada autochtone et de la reconnaissance du public quant à l'importance d'un réseau national autochtone, TVNC demande au CRTC d'accorder une licence de radiodiffusion au Réseau de télévision des peuples autochtones. Tout au long du processus d'examen et des audiences publiques, TVNC reçoit un appui incroyable de la part du public. En octobre 1998, il compte des centaines de lettres d'appui officielles provenant de toutes les régions du Canada.

Le 22 février 1999 reste l'un des moments les plus mémorables de TVNC. En effet, le CRTC acquiesce à sa demande de licence de radiodiffusion nationale. à peine six mois plus tard, APTN est capté dans plus de 9 millions de foyers canadiens au moyen de la télévision par câble, de la diffusion directe et de la technologie sans fil.

Le réseau national de télévision autochtone devient réalité et la suite, comme on le dit si bien, est passe à l'histoire.